Thomas Champagne – sax
Guillaume Vierset – guitare
Ruben Lamon – contrebasse
Alain Deval – batterie
 
 

Ashley Kahn avait écrit “The House That Trane Built” autour de John Coltrane et du label Impulse!.

Pour l’instant, le saxophoniste Thomas Champagne construit également sa propre maison, Random House. Il s’y est installé en compagnie du guitariste Guillaume Vierset, du contrebassiste Ruben Lamon et du batteur Alain Deval. Les quatre sont entièrement impliqués dans la construction et les rénovations. Les premiers plans de leur idée finale ne sont pas encore prêts. Avec le premier croquis qu’ils ont appelé Sweet Day, le quartet témoigne qu’il a bien enrobé l’héritage des grands exemples que sont Lee Konitz ou Wayne Shorter. Mais ils ont surtout leur propre vision où ils regardent plus loin que les traditions.

Avec des clins d’oeil réfléchis vers les constructions contemporaines issues de New York comme Ralph Alessi, Kurt Rosenwinkel ou Nasheet Waits, ils développent une construction propre à leur vision avec des bouffées modernistes et des accents colorés inattendus.

Actuellement, la construction est encore en cours et peut aller dans beaucoup de directions. Comme avec “Building Stories”, la nouvelle graphique de Chris Ware, où seul la matière première est présente et chaque imbrication des pièces du puzzle amène à un résultat différent. “Sweet Day” a les mêmes propriétés. Selon ton humeur, l’environnement dans lequel tu écoutes cette musique ou la compagnie dans laquelle tu te trouves, tu découvres toujours d’autres détails et tu plonges dans d’autres possibilités.

Random House a le potentiel pour devenir aussi connu que d’autres adresses telles que “461 Ocean Boulevard”, “Penny Lane”, le coin de Hollywood & Vine, “52nd Street” ou l’Avenue C où Count Basie s’attardait.

Texte de Georges Tonla Briquet

 

 

——

 

« Thomas Champagne est à la recherche de nouveaux territoires sonores. Avec Guillaume Vierset (g), Ruben Lamon (cb) et Alain Deval (dm), il en découvre aujourd’hui une belle partie.

On décèle rapidement dans ce nouveau quartette, Random House, un certain radicalisme quant aux options : la recherche de nouvelles sensations par l’exploration du son, un jeu dépouillé pour mieux faire jaillir les mélodies ciselées, ou une tendance au recueillement et à l’intimité pour faire le lit d’un groove retenu, intense, post-coltranien, plein de respirations mais surtout plein d’inspirations.

Le sax alto résonne comme un écho aux arpèges tout en pointillés distillés par la guitare. La rythmique reste toujours en mouvement, tantôt discrète, tantôt brûlante, toujours en osmose parfaite avec le projet.
Le quartette ose une liberté de ton, une ouverture dans le développement de la musique pour laisser beaucoup de place aux idées et aux dialogues. Il laisse le temps aux mélodies de s’installer, aux tempos entremêlés de se trouver. Il fait des allers-retours entre introspection et swing spontané plein de relief.

Il y a encore des zones à explorer, à découvrir et à défricher dans le jazz et Random House s’y emploie, sans oublier ni les racines, ni le swing, ni le groove. »

Jacques Prouvost, Journaliste